A la recherches des aurores boréales

Lorsque nous décidâmes d’aller en Norvège, c’est tout d’abord pour voir les aurores boréales qui nous y allions. Tromsø et ses environs est un des plus beaux endroits pour pouvoir en observer, et surtout de fin novembre à fin janvier, période appelée « Soleil de minuit », où en fait, il n’y a pas de soleil de la journée, où il fait nuit tout le temps. Pour un étranger qui vient là bas pour la première fois et qui n’est pas habitué à qu’il fasse nuit tout le temps, ça fait bizarre. Une habitante d’Oslo nous a dit dans l’avion qu’on était fou d’aller là-bas :) ! Il y a des variations de lumière durant la journée, et suivant qu’on s’éloigne de la ville également, mais cependant les lampadaires restent allumés H24 ! Durant 2 à 3 mois, les habitants de Tromso ne voient pas la lumière, contrairement à Oslo, où de 9h et à 15h, il fait jour en cette même période de l’année (fin décembre).

 

La première excursion fut donc celle d’aller voir les aurores boréales. L’agence Tromsø Safari (située au Radisson Blu hotel tout près du port) propose différentes excursions dont celle-ci. Il vaut mieux réserver sur leur site quelques jours avant de partir, car c’est souvent complet ! Nous choisîmes l’excursion en bus où nous partons avec un photographe entrainé et qui nous apprend un peu + durant le trajet sur le phénomène des aurores et la région de Tromsø qui est propice pour en voir.

Manque de bol, ce jour-là, le ciel était couvert, et l’un des principaux facteurs pour voir des aurores boréales, c’est d’avoir un ciel complètement dégagé. Nous partîmes pour une excursion en dehors de la ville et même en dehors du pays carrément ! Plus de 2h de route plus tard, nous arrivions en Norvège dans la région de la Laponie : Père Noël es-tu là ? En tout cas, la neige était bien présente et un renne manquât de percuter le bus. Apparemment, on dénombre plus de 200 accidents chaque année avec les rennes.

 

Arrivés en Laponie donc, nous vîmes un car et des gens qui prenaient des photos, nous nous arrêtâmes sur la gauche et primes un chemin tracé par les chasse-neiges. Attention de bien prendre le chemin, car sinon, vous risquez d’avoir de la neige jusqu’aux genoux : il y a parfois en dehors du sentier plus d’1 mètre. Il avait neigé pas mal les jours précédents certainement, mais la Laponie, dans mon imaginaire, a toujours été toute de blanc vêtue !

 

Après une bonne centaine de mètres de marche et assez éloignés de la route et de toute lumière qui pourrait nous perturber la vue du ciel, nous posâmes nos appareils photos Reflex sur nos pieds et pour certains leurs IPhone dans les mains (je vous assure, c’est mieux le Reflex pour les aurores !) et quelques secondes plus tard, le guide photographe nous dit de regarder dans le ciel et la première aurore venait d’apparaître. A l’œil nu, c’était une sorte de vague blanche qui dansait quelque peu de gauche à droite, mais avec l’appareil photo en pose longue (12 à 15 secondes), ce fut une lueur verte, avec parfois un liséré rose sur le bord droit. Nous restâmes-là une vingtaine de minutes, mais malheureusement pour nous, le spectacle ne fut que de courte durée. Le guide nous a dit qu’en général, il a 20 jours par mois où on peut voir des aurores dans la région de Tromsø et qu’elles durent en moyenne 1h30 : un beau spectacle en perspective. En tout cas, nous ne regrettâmes pas l’excursion bien qu’elle eut pu être meilleure en spectacle, mais l’année prochaine, nous avons décidé de faire un cap sur l’Islande à la même période de l’année où les aurores sont bien présentes et où le pays naturellement parlant est exceptionnel !

Écrire commentaire

Commentaires : 0